TAAB French Translation

thickasabrick

Thick As A Brick Complete French Translation

Many thanks to Thomas Lafon who has very kindly translated the Thick As A Brick lyrics to French! – IA

ENGLISH

[Verse 1] Really don’t mind if you sit this one out
My words but a whisper, your deafness a SHOUT
I may make you feel but I can’t make you think
Your sperm’s in the gutter, your love’s in the sink
So you ride yourselves over the fields
And you make all your animal deals
And your wise men don’t know how it feels

[Refrain] To be thick as a brick

[Verse 2] And the sand-castle virtues are all swept away
In the tidal destruction, the moral melee
The elastic retreat rings the close of play
As the last wave uncovers the newfangled way
But your new shoes are worn at the heels
And your suntan does rapidly peel
And your wise men don’t know how it feels

[Refrain] To be thick as a brick

[Verse 3] And the love that I feel
Is so far away
I’m a bad dream
That I just had today
And you shake your head
And say it’s a shame

[Verse 4] Spin me back down the years
And the days of my youth
Draw the lace and black curtains
And shut out the whole truth
Spin me down the long ages
Let them sing the song

[Verse 5] See there! A son is born
And we pronounce him fit to fight
There are black-heads on his shoulders
And he pees himself in the night
We’ll make a man of him
Put him to a trade
Teach him to play Monopoly
And how to sing in the rain
[Verse 6] The Poet and the Painter
Casting shadows on the water
As the sun plays on the infantry
Returning from the sea
The do-er and the thinker
No allowance for the other
As the failing light illuminates
The mercenary’s creed
The home fire burning
The kettle almost boiling
But the master of the house
Is far away
The horses stamping
Their warm breath clouding
In the sharp and frosty morning
Of the day
And the poet lifts his pen
While the soldier sheaths his sword

[Refrain 2] And the youngest of the family
Is moving with authority
Building castles by the sea
He dares the tardy tide
To wash them all aside.

[7:21 – 9:21 – Instrumental] [Verse 7] The cattle quietly grazing
At the grass down by the river
Where the swelling mountain water
Moves onward to the sea
The builder of the castles
Renews the age-old purpose
And contemplates the milking girl
Whose offer is his need
The young men of the household
Have all gone into service
And are not to be expected
For a year
The innocent young master
-Thoughts moving ever faster-
Has formed the plan
To change the man he seems.
And the poet sheaths his pen
While the soldier lifts his sword

[Refrain 2] And the oldest of the family
Is moving with authority
Coming from across the sea
He challenges the son
Who puts him to the run
[Verse 8] What do you do when the old man’s gone
Do you want to be him?
And your real self sings the song
Do you want to free him?
No one to help you get up steam
And the whirlpool turns you way off-beam

[11:52 – 13:16 – Instrumental] LATER
[Verse 9] I’ve come down from the upper class
To mend your rotten ways
My father was a man-of-power
Whom everyone obeyed

[Verse 10] So come on all you criminals!
I’ve got to put you straight
Just like I did with my old man
Twenty years too late

[14:00 – 15:26 – Instrumental] [Verse 11] Your bread and water’s going cold
Your hair is too short and neat
I’ll judge you all and make damn sure
That no-one judges me
[Verse 12] You curl your toes in fun
As you smile at everyone
You meet the stares, you’re unaware
That your doings aren’t done
And you laugh most ruthlessly
As you tell us what not to be
But how are we supposed to see
Where we should run?

[Verse 13] I see you shuffle in the courtroom with
Your rings upon your fingers
And your downy little sidies
And your silver-buckle shoes
Playing at the hard case
You follow the example
Of the comic-paper idol
Who lets you bend the rules

[Verse 14] So, come on ye childhood heroes!
Won’t you rise up from the pages
Of your comic-books, your super crooks
And show us all the way
Well! Make your will and testament
Won’t you join your local government?
We’ll have Superman for president
Let Robin save the day

[Verse 15] You put your bet on number one
And it comes up every time
The other kids have all backed down
And they put you first in line
And so you finally ask yourself
Just how big you are
And you take your place in a wiser world
Of bigger motor cars
And you wonder who to call on

[Verse 16] So! Where the hell was Biggles
When you needed him last Saturday?
And where were all the sportsmen
Who always pulled you through?
They’re all resting down in Cornwall
Writing up their memoirs
For a paper-back edition
Of the Boy Scout Manual
[Verse 17] See there! A man is born
And we pronounce him fit for peace
There’s a load lifted from his shoulders
With the discovery of his disease
We’ll take a child from him
Put it to the test
Teach it to be a wise man
And how to fool the rest

[24:04 – 26:11 – Instrumental] [Verse 18: Spoken] QUOTE
We will be geared to the average, rather than the exceptional
God is an overwhelming responsibility
We walked through the maternity ward
And saw 218 babies wearing nylons
It says here that cats are on the upgrade
Upgrade? Upgrade
Oh, Mac

[Verse 19] LATER
In the clear white circles of morning wonder
I take my place with the lord of the hills
And the blue-eyed soldiers stand slightly discoloured
(In neat little rows) sporting canvas frills
With their jock-straps pinching, they slouch to attention
While queuing for sarnies at the office canteen
Saying: “How’s your granny?” and good old Ernie
He coughed up a tenner on a premium bond win
[Verse 20] The legends (worded in the ancient tribal hymn)
Lie cradled in the seagull’s call
And all the promises they made
Are ground beneath the sadist’s fall

[Verse 21] The poet and the wise man stand
Behind the gun,
And signal for the crack of dawn
Light the sun.

[Refrain 3] Do you believe in the day? Do you?
Believe in the day !

[Verse 22] The Dawn Creation of the Kings
Has begun, has begun
Soft Venus, (lonely maiden) brings
The ageless one.

[Refrain 3] Do you believe in the day? Do you ?
Believe in the day !

[Verse 23] The fading hero has returned
To the night, to the night
And fully pregnant with the day
Wise men endorse the poet’s sight

[Refrain 3] Do you believe in the day? Do you?
Believe in the day !
[Verse 24] Let me tell you the tales of your life
Of the cut and the thrust of the knife
The tireless oppression, the wisdom instilled
The desire to kill or be killed
Well, let me sing of the losers who lie
In the street as the last bus goes by
The pavements are empty, the gutters run red
While the fool toasts his god in the sky

[Refrain 4] So come all ye young men who are building castles!
Kindly state the time of the year
And join your voices in a hellish chorus
Mark the precise nature of your fear

[Verse 25] Let me help you pick up your dead
As the sins of the father are fed
With the blood of the fools and the thoughts of the wise and
From the pan under your bed
Well, let me make you a present of song
As the wise man breaks wind and is gone
While the fool with the hour-glass is cooking his goose
And the nursery rhyme winds along

[Refrain 4] So! Come all ye young men who are building castles!
Kindly state the time of the year
And join your voices in a hellish chorus
Mark the precise nature of your fear
See! The summer lightning casts its bolts upon you
And the hour of judgement draweth near
Would you be the fool stood in his suit of armour
Or the wiser man who rushes clear
[Verse 14 Reprise] So, come on ye childhood heroes!
Won’t you rise up from the pages
Of your comic-books, your super crooks
And show us all the way
Well! Make your will and testament
Won’t you join your local government?
We’ll have Superman for president
Let Robin save the day

[Verse 16 Reprise] So! Where the hell was Biggles
When you needed him last Saturday?
And where were all the sportsmen
Who always pulled you through?
They’re all resting down in Cornwall
Writing up their memoirs
For a paper-back edition
Of the Boy Scout Manual

[Verse 1 Reprise] So you ride yourselves over the fields
And you make all your animal deals
And your wise men don’t know how it feels

[Refrain] To be thick as a brick

FRENCH

Ça m’est égal si vous ne suivez pas jusqu’à la fin
Mes mots ne sont qu’un murmure, votre surdité est un CRI
Je peux vous faire ressentir, mais je ne peux pas vous faire réfléchir
Votre sperme est dans le caniveau, votre amour dans le lavabo
Alors vous vous chevauchez dans les champs
Et vous faites toutes vos choses bestiales
Et vos sages ne savent pas ce que ça fait

D’être bête comme ses pieds

Et les vertus de châteaux de sable sont toutes balayées
Par la marée destructrice, la mêlée morale
Le repli élastique sonne la fin de la journée
Comme la dernière vague met au jour la dernière mode
Mais vos chaussures neuves sont usées au talon
Et votre bronzage pèle déjà
Et vos sages ne savent pas ce que ça fait

D’être bête comme ses pieds

Et l’amour que je ressens
Est si loin
Je suis un mauvais rêve
Que je viens d’avoir aujourd’hui
Et tu hoches ta tête
Et dis que c’est une honte

Rembobine-moi au temps jadis
Et aux jours de ma jeunesse
Sors la dentelle noire et tire les rideaux
Et fais taire toute la vérité.
Rembobine-moi aux âges sans fin
Laisse-les chanter la chanson.

Vois donc ! Un fils est né
Et nous le déclarons apte au combat
Il y a des points noirs sur ses épaules
Et il se pisse dessus pendant la nuit
Nous ferons de lui un homme
Lui choisirons un métier
Lui apprendrons à jouer au Monopoly
Et comment chanter sous la pluie.

Le Poète et le Peintre
Jetant des ombres sur l’eau
Comme le soleil scintille sur l’infanterie
Revenant de la mer
Le faiseur et le penseur
Ne s’estiment pas l’un l’autre
Comme la lumière mourante éclaire
La race des mercenaires
Le feu du foyer brûle
La marmite bout presque
Mais le maître de maison
Est bien loin
Les chevaux trépignent
Leur souffle tiède fait de la buée
Dans le rude matin givré
De ce jour
Et le poète lève sa plume
Alors que le soldat rengaine son épée.

Et le cadet de la famille
Prend l’ascendant
Bâtissant des châteaux près de la mer
Il défie la marée tardive
De tous les emporter.

Le bétail paît tranquillement
Dans l’herbe près du ruisseau
Où la source de montagne grossit
S’écoule en direction de la mer
Le bâtisseur des châteaux
Renouvelle l’éternelle raison d’être
Et contemple la fille de traite
Dont l’offre est son besoin.
Les jeunes hommes de la maisonnée
Sont tous entrés en service
Et ne sont pas attendus
Avant un an
L’innocent jeune maître
-Ses pensées bougeant toujours plus vite-
A fomenté le plan
De changer l’homme qu’il semble être.
Et le poète range sa plume
Alors que le soldat lève son épée.

Et l’aîné de la famille
Prend l’ascendant
Venant de par-delà la mer
Il défie le fils
Qui le met en fuite.

Que fais-tu quand le vieux est parti
Est-ce que tu veux être lui ?
Et ton Moi véritable chante la chanson
Veux-tu le libérer ?
Personne pour t’aider à te préparer
Et le tourbillon te fait perdre les pédales.

PLUS TARD

Je viens de la haute société
Pour corriger vos mauvaises habitudes
Mon père était un homme de pouvoir
Auquel tout le monde obéissait.

Venez donc tous, vous les criminels !
Je dois vous réformer
Tout comme je l’ai fait avec mon vieux
Vingt ans trop tard

Votre pain et votre eau refroidissent.
Vos cheveux sont trop courts et bien coiffés.
Je vais tous vous juger et bien m’assurer
Que personne n’ose me juger.

Tu tortilles tes orteils de plaisir
En souriant à tout le monde
Tu croises les regards, tu n’as pas conscience
Que ta tâche n’est pas accomplie
Et tu ris impitoyablement
En nous disant ce que nous ne devons pas être
Mais comment sommes-nous censés voir
Où nous devrions courir ?

Je te vois traîner des pieds dans la salle d’audience avec
Tes bagues aux doigts
Et tes petites joues duveteuses
Et tes chaussures à boucle d’argent
Essayer de jouer au dur.
Tu suis l’exemple
De l’idole de papier bon marché
Qui te laisse contourner les règles.

Alors venez, ô héros de l’enfance !
Ne sortirez-vous pas des pages
De vos bandes-dessinées, vos super recoins
Pour nous montrer le chemin ?
Allons ! Rédigez votre testament
Ne joindrez-vous pas vos élus locaux ?
Nous aurons Superman pour président
Laissons Robin sauver la situation.

Tu mises sur le numéro un
Et il sort à chaque fois.
Les autres gamins se sont rétractés
Et ils te mettent en première ligne
Et ainsi tu te demandes enfin
Si tu es vraiment grand
Et tu prends ta place dans un monde plus sage
De plus grosses voitures
Et tu te demandes à qui faire appel.

Alors ! Où était donc Biggles
Quand tu avais besoin de lui samedi dernier ?
Et où étaient tous les sportifs
Qui te sortaient toujours d’affaire ?
Ils se reposent tous en Cornouailles
Écrivant leurs mémoires
Pour une édition de poche
Du Manuel des Boy Scouts.

Vois donc ! Un homme est né
Et nous le déclarons apte à la paix
C’est un poids retiré de ses épaules
Avec la découverte de sa maladie
Nous lui enlèverons l’enfant
Nous le testerons
Lui apprendrons comment être un sage
Et comment duper les autres.

CITATION
Nous tendrons vers le moyen, plutôt que l’exceptionnel
Dieu est une responsabilité écrasante
Nous marchâmes à travers la maternité
Et vîmes 218 bébés portant des bas nylon
Il est dit ici que les chats vont être améliorés
Améliorés ?
Oh, Mac

PLUS TARD
Dans les clairs cercles blancs du merveilleux matin
Je prends ma place avec les seigneurs des collines
Et les soldats aux yeux bleus se dressent, un peu pâlichons,
En de nettes petites rangées, arborant leur toile froissée
Avec leurs suspensoirs trop serrés, leurs garde-à-vous se voûtent
En faisant la queue pour des tartines à la cantine du personnel
Disant : « Comment va ta mamie ? » et ce bon vieil Ernie,
Il a dû lâcher 10 balles après une victoire à la loterie.

Les légendes (formulées dans les anciens hymnes tribaux)
Sont lovées dans le cri de la mouette
Et toutes les promesses qu’elles ont faites
Sont écrasées par la chute du sadique.

Le poète et le sage soutiennent
Le fusil,
Et font signe au point du jour.
Allume le soleil.

Est-ce que tu crois en le jour ? Non ?
Crois en le jour !

L’Aube Création des Rois
A commencé, a commencé
La Douce Vénus, (jouvencelle solitaire) apporte
Celui qui n’a pas d’âge.

Est-ce que tu crois en le jour ? Vraiment ?
Crois en le jour !

Le héros vieillissant est revenu
À la nuit, à la nuit.
Et prêts à accoucher du jour
Les sages soutiennent la vision du poète.

Est-ce que tu crois en le jour ? Vraiment ?
Crois en le jour !

Laisse-moi te conter les contes de ta vie
De la coupure du couteau qui s’enfonce
L’oppression infatigable, la sagesse inculquée
Le désir de tuer ou d’être tué.
Eh bien, laisse-moi chanter les perdants qui restent
Dans la rue alors que le dernier bus s’en va.
La chaussée s’est vidée, les caniveaux coulent rouges
Pendant que le fou boit à son dieu dans le ciel.

Alors venez, ô jeunes hommes qui bâtissez des châteaux !
Voulez-vous bien énoncer le moment de l’année
Et joignez vos voix en un chœur infernal
Notez la nature précise de vos peurs.

Laisse-moi t’aider à ramasser tes morts
Comme les péchés des pères sont nourris
Du sang des fous et des pensées des sages et
De la bassine sous ton lit.
Eh bien, laisse-moi te faire présent d’une chanson
Alors que le sage lâche un vent et disparaît
Pendant que le fou au sablier cuisine son oie
Et la comptine se poursuit.

Alors ! Venez, ô jeunes hommes qui bâtissez des châteaux !
Voulez-vous bien énoncer le moment de l’année
Et joignez vos voix en un chœur infernal
Notez la nature précise de vos peurs.
Voyez ! L’orage d’été jette ses foudres sur vos têtes
Et l’heure du Jugement plus proche arrive
Seras-tu le fou qui garde son armure
Ou l’homme plus sage qui court se mettre à l’abri ?

Alors joignez-vous à moi, ô héros de l’enfance !
Ne sortirez-vous pas des pages
De vos bandes-dessinées, vos super recoins
Pour nous montrer le chemin ?
Eh bien ! Rédigez votre testament
Ne joindrez-vous pas vos élus locaux ?
Nous aurons Superman pour président
Laissons Robin sauver la situation.

Alors ! Où était donc Biggles
Quand tu avais besoin de lui samedi dernier ?
Et où étaient tous les sportifs
Qui te sortaient toujours d’affaire ?
Ils se reposent tous en Cornouailles
Écrivant leurs mémoires
Pour une édition de poche
Du Manuel des Boy Scouts.

Alors vous vous chevauchez dans les champs
Et vous faites toutes vos choses bestiales
Et vos sages ne savent pas ce que ça fait

D’être bête comme ses pieds.

French translation by Thomas Lafon, March 2018.
Contact: [email protected]